La guerre des quatre seigneurs

Publié le par Anna K.

La guerre des quatre seigneurs ou guerre des quatre rois est un conflit qui dévasta la région de Metz entre 1324 et 1326.

En 1324, la ville de Metz connaissait une grande prospérité :

La rose surpasse toute fleur,
Chacun sait bien cette vérité ;
Si je vous la rappelle ici
C'est qu'ainsi Metz surpasse toute cité ;
Car en elle résident prospérité,
 Franchise, richesse, charité,
Courtoisie et humilité

Les bourgeois fortunés et les banquiers prêtaient des sommes considérables aux princes, comtes et évêques voisins en mal de finances. Si un débiteur, quel qu'il fût, se dérobait à ses engagements, la cité se faisait une règles de récupérer la créance par tous les moyens, voir par la force armée.

Cette année-là, plusieurs de ses gros débiteurs tentèrent de s'emparer de la ville pour effacer leurs dettes :
  • Jean Ier de Bohême, comte de Luxembourg,
  • son oncle Baudouin de Luxembourg, archevêque de Trêves,
  • le comte Édouard Ier de Bar
  • et le duc de Lorraine Ferry IV.

Ils se coalisèrent pour lui faire la guerre dans cette peu louable intention.

Toutes les routes menant à la ville furent coupées, tous les environs ravagés par la soldatesque. Après deux années de résistance victorieuse des Messins et le pape Jean XXII refusant son assistance financière, les coalisés entamèrent avec eux des pourparlers de paix. Les négociations se déroulèrent à Pont-à-Mousson. Là, les ambassadeurs de l'ennemi vinrent trouver les Messins alors qu'ils étaient à table et mangeaient des harengs frais, mets fort prisé à l'époque et fort rare en la circonstance. Très étonnés, ils leur dirent :

  • Vous devez payer cher votre hôte, car vous avez des harengs, et nous, nous n'en pouvons avoir.
Ceux de Metz répliquèrent :
  • Nous ne les avons pas de cette ville, nous les avons amenés avec nous.
  • Mais comment se peut-il faire que vous ayez des harengs à Metz par les chemins qui vous sont clos ?
  • Vous pensez les tenir clos pour nous, alors que nous les tenons clos pour vous.
Les médiateurs, stupéfaits, demandèrent une demi-douzaine de harengs pour les porter à leurs seigneurs en preuve de leurs dires. Mais les Messins, généreux, leur en firent porter cent.

Cette circonstance hâta les conclusions du traité et lui valut le nom de Paix des Harengs.

Publié dans Terre d'Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

houba 18/04/2009 21:52

tu n'écris plus ? bon week end

Le Chevalier Dauphinois 11/04/2009 09:20

Qu'apprends je ?.. Il est possible de se liguer pour attaquer les banquiers et ne plus avoir de dette... Voila une idée à expérimenter.

houba 23/03/2009 18:05

encore une histoire que j'ignorais complètement. bonne semaine anna k