Stanislas de Guaita

Publié le par Anna K.

Stanislas de Guaita
Sa vie et son oeuvre
  Non loin de Tarquimpol, au château d'Alteville, naquit le poète et occultiste Stanislas de Guaita. L'occultisme désigne un ensemble de courants spirituels et mystiques préoccupés par les forces mystérieuses du cosmos et de l'homme.
Né en 1861, il y vécut son enfance, revint plus tard y habiter la plus grande partie de l'année, et y mourut en 1897 dans d'atroces souffrances (intoxiqué par des stupéfiants à la suite de problèmes rénaux).

Stanislas de Guaita était issu d'une famille noble d'origine lombarde (Italie), établie en Lorraine depuis 1800. Il possédait le titre de Marquis.

Dès le lycée à Nancy, vers 1880, il se lie d'amitié avec Maurice Barrès.

Ici, dans cet étrange paysage d'eaux mortes, de marais et de brouillards, le célèbre occultiste a écrit en grande partie certaines de ses oeuvres :
  • Au seuil du Mystère,
  • Le Temple de Satan,
  • La clef de la magie noire,
  • Le problème du mal.
Ecoutons celle des Moines de l'Etang :

Un soir d'automne, un bûcheron, la cognée sur l'épaule, regagnait son logis en longeant la rive de l'étang de Lindre.

Il fit halte un instant devant une rustique croix de bois.

C'est alors qu'il entendit un étrange choeur, psalmodiant l'air du Dies Irae.

Il se retourna : la brume, déchirée en longs voiles, flottait sur les eaux sombres.

Les voix se rapprochaient, et la silhouette d'un moine émergea de l'étang. Un deuxième moine apparut, suivi d'un troisième, d'un quatrième et de plusieurs autres.

L'homme, terrorisé, ne bougeait mie.

La longue file des moines passa, capuchon baissé sur le visage, psalmodiant toutjours le funèbre cantique, dans lequel le témoin crut comprendre ces paroles : nous sommes les moines de l'étang...

Et puis, les fantômes s'effacèrent dans le noir de la forêt.

Le bûcheron rentra chez lui. Ruminant la chose, il pensa avoir rêvé, si bien que le lendemain soir, il résolut de retrourner sur le lieu de sa vision.

La cognée sur l'épaule, il partit dans la nuit tombante.

Mais nul ne le revit.

Plus tard, bien plus tard, des pêcheurs ramenèrent dans leur filet le cadavre du malheureux, vêtu d'une bure de moine.

Tarquimpol
  Situé au sud de la Moselle, dans le pays du Saulnois, le village forme une presqu'île sur l'étang de Lindre.
Le Château d'Alteville 
 

Chateau d'Altville

Il s'agit en réalité de deux bâtisses en vis-à-vis :
  • la première est une maison forte typique avec une tourelle, des meurtrières et des fenêtres à menaux. Elle a été édifiée par Étienne Toupet en 1564, quand il a obtenu le fief d'Alteville du duc Charles IV de Lorraine.
  • La seconde, construite par Charles Palléot en 1698, est un pavillon carré de deux étages flanquée de deux ailes.

En 1819, le général Charles Louis Dieudonné Grandjean hérite du domaine. En 1851, Amélie Marie Grandjean épouse François Paul Guaïta, le père de Stanislas qui naîtra dans le château familial.

La famille Barthélémy s'y installe en 1906. Le domaine a été fortement endommagés par des troupes allemandes qui ont détruit la chapelle et arraché des boiseries pendant la Seconde guerre mondiale. Il a depuis été restauré et une partie aménagée en chambres d'hôtes.

Pour vous y rendre : Tarquimpol est à 71 km au sud-est de Metz, comptez 1h15. Pour voir l'itinéraire en taille réelle, cliquez sur le plan

Commenter cet article

olivier 20/12/2008 09:04

J'avais déjà lu cette excellente histoire, mais oublié qui en était l'auteur, et l'article me donne envie d'en savoir plus sur lui. J'ai beaucoup aimé.

Anna K. 31/12/2008 07:31


Je ne connaissais pas cet écrivain, mais j'ai aussi envie de mieux le connaître. Le personnage est intéressant.