Les Arches de Jouy

Publié le par Anna K.

A Jouy-aux-Arches, la route nationale passe sous deux voûtes de l'aqueduc romain qui, sur 22 km et en grande partie souterrain, conduisait les eaux pures de la source des Bouillons de Gorze à Metz.

Les arches de Jouy
C'est là le plus important tronçon - 17 piles reliées par 16 arches - d'un ouvrage gigantesque, long de 1.100 mètres, qui reliait les deux rives de la Moselle. Il franchissait la rivière sur 120 piles. Dans le milieu, la hauteur des arches atteignait 25 mètres.

C'était, en Gaule, l'un des plus imposants ouvrages dus au génie bâtisseur des Romains. Sa date de construction remonterait vers l'an 100. Sa date de destruction est tout aussi incertaine, mais une légende la raconte :

Un jeune légionnaire de Divodorum - le nom de Metz à l'époque -  était fiancé à une ravissante jeune fille d'Ars (un village à côté de Jouy). Souvent, il traversait la Moselle pour aller voir sa belle. Un soir de printemps, il arriva à Gaudiacum (Jouy). Mais la Moselle, après la fonte des neiges, roulait des eaux torrentueuses. Aucun batelier ne se trouvait sur les lieux. Il longea la rive dans le vain espoir de trouver une barque : peine perdue ! L'idée de franchir le fleuve à la nage lui traversa l'esprit, mais il aurait été emporté comme un fétu.

Il rongeait son frein lorsqu'un homme, tout de noir vêtu, s'approcha :
- Salut à toi, légionnaire.
- Salut à toi, noble étranger.
- Je vois que tu te trouves présentement fort embarassé. Que dirais-tu si je t'aidais ? Je puis, en une nuit, construire pont au-dessus de la Moselle. Je m'engage à terminer l'ouvrage avant le chant du coq. mais en échange, vends moi ton âme.
- Qui es-tu donc ?
- Je suis Satan, le roi des Dieux.
- J'ai toujours cru que le roi des Dieux était le puissant Jupiter. Mais soit, j'accepte ton iade.

En un clin d'oeil apparurent des légions de diablotins, charriant des roches, apportant des briques. Les uns gâchaient du mortier, les autres, truelles en main, besognaient avec une rapidité fantastique. Les murs montaient, montaient... Déjà les arches se dessinaient...

Minuit était passé depuis longtemps. L'ouvrage semblait près de son terme.

La crainte s'insinua dans l'esprit du jeune Romain. Voilà un Dieu vraiment puissant et redoutable, pensa-t-il, que deviendrais-je quand il prendra possession de mon âme ?

Il marchait d'un pas agité lorsqu'il réveilla un coq endormi dans un buisson. L'oiseau, dérangé, battit des ailes en lançant un énergique cocorico. Aussitôt, tous les coqs de Jouy et d'Ars, réveillés à leur tour, cocoricotèrent à qui mieux-mieux.

Le diable, voyant son ouvrage inachevé, poussa un terrible blasphème. Se précipitant sur le pont, il en démolit les trois quarts et disparut.

Pour vous rendre à Jouy aux Arches, comptez 10 minutes à partir de Metz, c'est à une dizaine de kilomètres.
Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Publié dans Terre de Patrimoine

Commenter cet article

Pat en Pays d'Halatte 03/03/2009 21:12

Légende intéressante à lire, ouvrage impressionnant...

Violette la Dame Mauve 15/12/2008 23:47

Je connaissais bien les arches de Jouy. De 1971 à 1974 j'habitais Moulins-St-Pierre, dans une impasse juste avant le virage menant aux arches. Par contre j'ai un douloureux souvenir aussi sur cette route de Jouy, trois jeunes de 16 à 20 ans se sont tués dans une Mercedes. Mon frère devait être avec eux puis à la dernière minute a eu peur car le conducteur n'avait le permis que depuis peu et il a refusé de les accompagner. Ce jour là, mon frère a perdu trois amis, deux garçons et une fille. La voiture avait dérapé sur la pluie à 150 km/heure c'était en 1967 je crois. Cela a fait la une du Républicain lorrain car le quatrième, le conducteur était vivant et tous les autres copains voulaient aller à l'hôpital lui régler son compte parce qu'il avait menti : il n'avait pas de permis! Les parents d'un des garçons et de la fille avaient perdu leurs deux enfants, ils étaient frère et soeur!
Nous nous sommes rendus sur place car alors nous ne savions pas encore que mon frère n'était pas parmi eux... je n'oublierai jamais... J'ai toujours la vision de...cette horreur!

Anna K. 17/12/2008 15:20


Je devine :( quelle triste histoire


Mickchel 15/12/2008 14:36

Jolie légende, merci.

houba 12/12/2008 23:07

bon week end Anna k.

olivier 12/12/2008 14:39

j'ai toujours ressenti une fascination particulière pour les vestiges romains (et antiques...)
Aussi cela fait longtemps que j'ai été voir les restes de cet aqueduc, et retourne les voir à l'occasion.