Les mosellans enrôlés de force dans le Reicharbeitsdienst

Publié le par Anna K.

Bien que l'armistice, signé le 22 juin 1940, passa sous silence le sort des territoires perdus par l'Allemagne en 1918, l'ampleur et la rapidité de sa victoire décida Hitler à s'accaparer administrativement et politiquement la Moselle.

A partir du 23 avril 1941, afin d'accélerer la germanisation des Mosellans et Mosellanes, il fut décidé de les immerger dans l'atmosphère de la Vieille Allemagne en rendant obligatoire le service national du travail (ReichArbeitsDienst - RAD). Un appel au volontariat avait déjà été lancé 2 mois plus tôt, mais avait été peu suivi. Le RAD s'adressait alors aux classes d'âge de 1920 à 1927.

Obligatoire en Allemagne dès 1935, le RAD consistait en des tâches d'intérêt général pour une durée de 6 mois et avait pour but de lutter contre le chômage, d'embrigader la jeunesse et de la préparer à la guerre.


Les nouvelles recrues françaises furent envoyées en Allemagne pour être employées à divers travaux : travaux agricoles en début de guerre, puis dans des usines d'armement.

Elles devaient s'entraîner aux défilés et marches et avaient droit à des cours d'éducation politique : biographie du Führer et chants patriotiques allemands.

Au bout de quelques jours, elles devaient prêter serment au Führer, serment prêté sous la contrainte et donc sans valeur.

Parce qu'on se méfiait d'eux, les Allemands évitaient de laisser ensemble des travailleurs originaires des territoires occupés et ils interdirent formellement les parlers alémaniques et franciques.

Ils savaient bien que le particularisme alsacien-lorrain avait été l'un des vecteurs de non-assimilation au Reich entre 1870 et 1918.

Pour les recrues qui étaient exclusivement francophones, l'adaptation était donc particulièrement difficile.


L'incorporation dans le RAD devint le passage obligé avant l'enrôlement dans la Wehrmacht.

Les Mosellans ne s'y trompèrent pas et, de ce fait, les premières évasions en direction de la zone non occupée commencèrent dès l'été 1941. Les jeunes gens astreints au service du travail étaient, pourtant, confrontés à des problèmes de conscience. En effet, "les parents sont responsables de cette jeunesse ; c'est pourquoi toute la famille des fugitifs sera déplacée dans le Reich".

Bientôt, la durée du RAD fut réduite de 6 à 3 mois : la Wehrmacht, la Kriegsmarine, et la Luftwaffe demandaient de plus en plus d'hommes... Lire la suite

Publié dans Terre de Migrations

Commenter cet article

houba 02/12/2008 22:32

une difficile période pour l'alsace moselle

mamy ANNICK 02/12/2008 13:33

C'est une période de la vie que nos parents et grands parents ont du mal à oublier, moi je dis simplement "plus jamais ça" - je te souhaite une douce journée -bisous d'amitié Mamy ANNICK

Anna K. 02/12/2008 18:42


Mes grands-parents sont morts et n'aimaient pas parler de la guerre, et ma mère était jeune enfant :(