La République de Metz

Publié le par Anna K.

Depuis le partage de la LOTHARINGIE en 960, l'administration de la ville de METZ était confiée à l'évêque, dont le pouvoir était absolu, et faisait partie de l'Empire Germanique. Durant près de trois siècles, les bourgeois de METZ vont s'opposer à son pouvoir.

Au XIIème siècle, profitant des incessantes crises entre la papauté et l'empire germanique, de l'affaiblissement continuel du pouvoir des evêques, les familles bourgeoises de Metz commencent à prendre insidieusement le contrôle des institutions. Dès 1157, une charte de l'évêque donne aux bourgeois les pouvoirs d'administration sur la ville et les faubourgs.

En 1231, la guerre des amis, suite au décés de Gertrude de Dabo et du réglement de sa succession, va précipiter les évènements et obliger l'Evêque à reconnaître l'indépendance de la cité. Le triomphe des bourgeois sur l'Eglise est complet. L'évêque Jean 1er d'Apremont est exilé à Vic-sur-Seille.

L"indépendance de la cité va durer de 1234 à 1552.

Metz s'organise alors sous la forme d'une République oligarchique (pouvoirs détenus par une petite partie de la société) et aristocratique : les familles bourgeoises dominent l'organisation de la République et s'arrogent le contrôle de l'ensemble des institutions.
La République messine se compose de trois éléments :
  • les magistratures - chargées des fonctions législatives, administratives et judiciaires.
  • Le premier magistrat de la cité est le maître échevin. Il est assisté du conseil des échevins.
  • une assemblée aristocratique - constituée des Treize jurés.
  • C'est une assemblée aristocratique qui émane des Paraiges : ce titre est donné à 118 familles de praticiens. Seuls ceux, qui en font partie, peuvent parvenir aux emplois et dignités de Maître-Echevin, d' Echevin et de Treize.
  • le Grand Conseil - une assemblée représentant le peuple.
  • Sa composition est beaucoup plus large, il représente davantage la population messine.
Enluminures
Ces différentes institutions existaient avant l'apparition du régime républicain - elles avaient été créées par l'évêque avant son éviction - mais elles connaissent une double évolution :
  • Les magistrats se détachent progressivement de la tutelle de l'évêque et ne lui rendent plus compte de la manière dont ils exercent leurs fonctions, même s'ils maintiennent l'apparence du système épiscopal en lui prêtant serment.
  • Ces institutions, qui ont au départ un réel caractère démocratique, tombent progressivement dans le giron des Paraiges qui occupent toutes les magistratures.
Dès le XIIIème siècle, ce système juridico-administratif original va permettre la création d'institutions qui ne verront le jour que beaucoup plus tardivement dans le reste de la France : les notaires, les avocats ...

Metz devient alors l'un des grands centres urbains d'Europe occidentale avec 30.000 habitants en 1300 et, après Cologne, la cité la plus riche de l'empire :
  • de puissantes corporations et communautés de métiers vont venir s'y 'installer et animer des foires, rendez-vous des marchands lorrains, allemands, flamands et anglais.
  • des banquiers vont ouvrir plus de 60 comptoirs et prêter sur gages au roi de France, à l'empereur de l'Empire germanique, aux ducs de Lorraine et aux comtes de Bar.
Toutefois, la République Messine repose sur un équilibre subtil. C'est une ville libre d'empire qui a su affirmer sa force et son indépendance en s'opposant à son évêque et en gardant à distance l'empereur germanique. Elle traite avec celui-ci de puissance à puissance mais avec fidélité, elle lui reconnait ses droits quand il y séjourne : à aucun moment, l'empereur n'a perdu ses droits sur l'évêché et à aucun moment non plus l'évêque n'a officiellement perdu ses droits sur la ville. L'indépendance de Metz ne relève que d'une pure situation de fait et provient d'une habile modification des institutions créées par l'évêque. Cet équilibre précaire et instable est le garant de l'indépendance de la République Messine.

En 1552, le roi de France Henri II s'empare de Metz, Toul et Verdun. Alors finit la République de Metz et commence une autre histoire ...

Publié dans Terre d'Histoire

Commenter cet article