Antoine de Lorraine et la Rusticiade

Publié le par Anna K.

Antoine de Lorraine, dit le Bon, est né en 1489 à Bar-le-Duc. Il fut duc de Lorraine et de Bar de 1508 à 1544.
ntre 1524 et 1526, il dut combattre une révolte paysanne (la rusticiade) venue d'Allemagne (où elle est appelée révolte des Rustauds) :

Depuis le milieu du XVème siècle, des colères paysannes grondent de part et d'autre du Rhin. Les fluctuations brutales du prix des céréales et du vin, les taxes de plus en plus lourdes et les tracasseries des seigneurs mécontentent les paysans.
De plus, les idées de liberté et l'espérance en des temps nouveaux (que l'on retrouve dans les écrits de Luther) se répandent. Les paysans, qui représentent 90% de la population, croient le moment venu pour l'établissement d'une société plus juste.

out commençe donc, outre-Rhin, lorsque des paysans, excités par des prédicants luthériens fanatiques, refusent à leurs seigneurs une corvée jugée abusive et mettent à sac les églises et les couvents.

Les revendications de cette Jacquerie mélent :
  • les questions religieuses (élection des prêtres par le peuple, limitation du taux des dîmes)
  • et les questions sociales et économiques (suppression du servage, liberté de pêche et de chasse, augmentation de la surface des terres communales, suppression de la peine de mort).
e 17 avril 1525, lundi de Pâques, du nord au sud de l'Alsace se produit un soulèvement général : environ 30 à 40.000 hommes se mobilisent. Ils s'attaquent avant tout aux monastères. Le soulèvement gagne très vite la Lorraine. Des paysans révoltés pénétrent dans la région de Blâmont, de Saint-Dié et de Dieuze.

Les autorités se sentent immédiatement menacées par cette dangereuse entreprise de destruction de l'ordre établi. Aussi le duc Antoine de Lorraine se résout-il fin avril à monter une expédition militaire.

Le 4 mai 1525, il rassemble à Nancy une armée de fantassins, de cavaliers et d'artilleurs et se met en marche en direction de Dieuze. Le lendemain il fait étape à Vic-sur-Seille d'où des détachements de cavaliers, d'archers et d'arquebusiers vont verrouiller les principaux passages vosgiens (Saint-Dié, Raon-l'Etape, Blâmont) et Sarreguemines.

ncouragés par une partie des seigneurs alsaciens, le duc de Lorraine pénètre en Alsace avec une forte armée et encercle Saverne où sont regroupés environ 20.000 rustauds. Le 16 mai 1525, des paysans sont battus à Lupstein près de Saverne et le lendemain, ceux qui sont retranchés à Saverne sortent de la ville et se font presque tous massacrer. L'armée du duc de Lorraine livre une seconde bataille à Scherwiller le 20 mai 1525 qui fait plus de 5.000 nouvelles victimes.

Battus en Basse et Moyenne Alsace, les révoltés tiennent encore une partie du sud. Les princes allemands supplient Antoine de continuer l'expédition. Probablement frappé par l'ampleur de la tuerie (plusieurs dizaines de milliers de paysans furent tuer), il refuse et préfère regagner Nancy où il est accueilli triomphalement.

L'expédition d'Antoine de Lorraine a un profond retentissement en Occident. Le mouvement des paysans exprime à la fois la contestation sociale et une hostilité à l'égard de l'Eglise catholique. Mais les chroniqueurs mettent délibérément l'accent sur l'aspect religieux. Le duc victorieux apparaît comme un croisé, défenseur impitoyable de la foi catholique menacée.

Publié dans Terre d'Histoire

Commenter cet article

Karolvs 30/04/2009 16:48

Très intéressant !
Vos lecteurs trouveront peut-être aussi de l'intérêt à lire le récit de la Grande Guerre Paysanne sur ce site : http://pagesperso-orange.fr/guerres.paysannes/index.htm
Bien cordialement,
Karolvs

mamy ANNICK 18/11/2008 13:39

Ce fût des périodes où les paysans n'étaient pas heureux - je te souhaite une douce journée - bisous d'amitié Mamy ANNICK