Emile Erckmann et Alexandre Chatrian

Publié le par Anna K.

Erckmann-Chatrian
Leur vie et leur oeuvre
  Emile Erckmann et Alexandre Chatrian sont plus connus sous leur nom de plume commun : Erckmann-Chatrian.

Émile Erckmann est né à Phalsbourg le 20 mai 1822 .

Alexandre Chatrian est né à Abreschviller le 18 décembre 1826.

Ils firent connaissance en 1847.

Au début des années 1850 ils publièrent quelques feuilletons dans Le Démocrate du Rhin, en s'attendant à une gloire littéraire rapide, mais après quelques années ce fut la désillusion.

La reconnaissance arriva enfin vers 1859 : les publications se succèdèrent et ils commencèrent à être connus sous le pseudonyme d'Erckmann-Chatrian. À l'époque, leur registre était dans les nouvelles et les contes fantastiques.

À partir de 1872, Erckmann écrivit plutôt des romans, alors que Chatrian s’occupait du théâtre.

Leur amitié prit fin, en 1886, lorsque Chatrian négocia une nouvelle convention avec leur éditeur et qu'Erckmann refusa de signer.

Erckmann est mort à Lunéville le 14 mars 1899.

Chatrian est mort à Villemomble le 3 septembre 1890.

Quelques uns de leurs romans :
  • Hugues-le-Loup
  • Mon ami Fritz (sans doute le plus connu)
  • L'oeil invisible et autres contes fantastiques
  • Le requiem du corbeau et autres contes fantastiques
  • Histoires d'Alsace et de Lorraine
  • Gens d'Alsace et de Lorraine
  • Myrtille
  • Histoire d'un conscrit de 1813
  • L'invasion
Phalsbourg
  Phalsbourg est situé au Sud-Est du département de Moselle, à 111 km de Metz.
Itinéraire pour aller à Phalsbourg : cliquez sur la carte pour l'agrandir


Phalsbourg est fondé en 1570 par George Jean de Veldenz.

Phalsbourg ou Pfaltzburg signifie "Ville du Palatin".

En 1590, la ville est vendue au duc de Lorraine.

En 1661, Phalsbourg passe à la France à la suite du traité de Vincennes.

En 1678, Louis XIV décide de faire bâtir une forteresse à Phalsbourg. Vauban est chargé de sa construction.

La ville subit trois sièges lors du XIXème siècle :
  • en 1814 (c'est "L'Invasion" racontée par Erckmann-Chatrian dans leur roman du même nom)
  • en 1815
  • et en 1870. La ville est assiégée le 8 août 1870 (décrit dans "L'Histoire d'un homme du peuple" par Erckmann-Chatrian). Les Phalsbourgeois acceptent de se rendre aux Prussiens après 4 mois de siège. Alors commence la 1ère annexion de la ville qui durera de 1870 à 1918

En 1919, la ville retourne à la France.

De 1940 à 1945 : 2ème annexion de la ville
Abreschviller
  Abreschviller est situé au Sud-Est du département de Moselle, à quelques kilomètres de Phalsbourg et à 138 km de Metz.
Itinéraire pour aller à Abreschviller : cliquez sur la carte pour l'agrandir


Les plus anciens occupants de la région semblent avoir été un peuple celte, arrivé vers le VIème ou Vème siècle avant Jésus-Christ : les Médiomatriques. Ils occupèrent une grande partie de la Lorraine orientale, jusqu’aux sommets vosgiens.

La région d'Abreschviller se trouva intégré vers 535 dans le Royaume d’Austrasie dont Metz devint la capitale.

On peut alors traduire “Abreschviller” (“Elberswylre” au Xème siècle) en “domaine d’Albert"

La région fut occupée, petit-à-petit, par des populations germaniques christianisées.

Après sa mort, les petits-fils de Charlemagne se disputèrent le pouvoir et partagèrent l’empire en trois royaumes par le Traité de Verdun (843) :
  • le royaume de Charles-le-Chauve (la France) fut séparé
  • du royaume de Louis-le-Germanique (l’Allemagne)
  • par le royaume de Lothaire Ier (la Lotharingie) dont fit partie le “pagus saroinse” (où se situe Abreschviller).
En 870, le “pagus de la Haute Sarre” fut rattaché à la Germanie, puis en 925, ce fut le tour de la Haute Lotharingie. Enfin, en 962, l’empereur d’Allemagne Othon Ier intégra tout ce qui restait du royaume de Lotharingie à l’empire allemand

Le village appartient au comté de Dabo du XIIème siècle à la Révolution française.

Le 9 Février 1801, fut signé le Traité de Lunéville entre le Premier Consul Bonaparte et l’Empire germanique : tous les territoires sur la rive gauche du Rhin furent reconnus à la France.

La commune voit ses activités se développer à partir du XVIIème siècle : scieries, verreries et industrie du sabot animent alors l'économie locale.
Le bois est toujours la richesse principale et il alimente une scierie très moderne,  première de Lorraine.

Commenter cet article

Violette 22/09/2008 16:57

Une excellente initiative cet article car je n'ai jamais dissioié les deux auteurs! Je pensais qu'il s'agissait d'un seul! Et pourtant j'ai lu certaines de leurs oeuvres. A l'époque je lisais sans faire attention aux auteurs, je me suis rattapée en lisant beaucou ces dernières années. Bises. Bonne journée. Violette

Anna K. 24/09/2008 12:19


Ils étaient encore à la mode dans les années 70, mais ils sont complètement tombés dans les oubliettes : l'époque est sans doute moins régionaliste