Paul Verlaine

Publié le par Anna K.

Paul verlaine
Sa vie et son oeuvre
 
Paul Marie Verlaine est sans doute la personnalité de Metz la plus connue. Il y vit le jour le 30 mars 1844, dans une famille bourgeoise aisée.

Le père de Verlaine était capitaine d'armée : les différentes mutations mèneront, dès 1845, la famille à Montpellier, puis à Paris.

Après avoir réussi son baccalauréat, il s'inscrit en Droit mais passe davantage de temps dans les cafés et la fréquentation des poètes que sur les bancs de la Faculté. Il renonce alors à ses études et occupent quelques emplois alimentaires.

C'est en 1866 que sa première oeuvre est publiée :

  • les Poèmes saturniens

S'en suivront de la poésie :

  • Les Amies,
  • Fêtes galantes,
  • La Bonne Chanson,
  • Romances sans paroles,
  • Jadis et naguère,
  • Amour,
  • Chansons pour elle,
  • Liturgies intimes ...
 et de la prose :
  • Les Poètes maudits,
  • Mes Hôpitaux,
  • Mes Prisons,
  • Quinze jours en Hollande ...
Comment parler de Verlaine sans parler de Rimbaud ?
Arthur Rimbaud

En 1870, Verlaine épouse Mathilde Mauté. Peu de temps après, Arthur Rimbaud surgit dans sa vie et vient la bouleverser. Verlaine quitte alors son épouse et part avec le jeune poète pour l'Angleterre et la Belgique. On imagine toujours que Verlaine était vieux et Rimbaud jeune lors de leur rencontre (sans doute à cause de leur portrait les plus connus) : en fait, Rimbaud avait 18 ans et Verlaine, 28 ans.

En 1873, lors d'une dispute au domicile de sa mère à Bruxelles, Verlaine tire deux coups de révolver sur Rimbaud et le blesse d'une balle au poignet. Bien que Verlaine regrette immédiatement jusqu'à supplier Rimbaud de le tuer, ce dernier prend peur lorsque Verlaine le devance en pleine rue et qu'il porte sa main à son révolver. Rimbaud fuit et le dénonce à la police. Verlaine est alors condamné à deux ans de prison.

A compter de cette date et jusqu'à sa mort, Verlaine fera de très nombreux séjours en prison et en hôpital. Après Rimbaud, d'autres passions influeront sur son oeuvre (Marie Gambier, Lucien Letinois, Auguste Cazals..)

À partir de 1887, alors que sa célébrité s'accroît, il plonge dans la misère la plus noire. Les productions littéraires de ses dernières années sont purement alimentaires. En 1894, il est couronné « Prince des Poètes » et doté d'une pension. Usé prématurément, il meurt le 8 janvier 1896, à Paris à l'âge de 52 ans. Rimbaud était déjà mort en 1891 à Marseille.

J'ai pensé intéressant de noter que celui qu'on surnomme "le Prince des Poètes", était avant tout le poète des clairs-obscurs : emploi de rythmes impairs, d'assonances, de paysages en demi-teintes. Georges de la Tour, originaire de Moselle aussi, utilisait la technique du clair-obscur pour réaliser ses tableaux.

Metz
  Paul Verlaine naît au 2 rue Haute-Pierre à Metz
Pour voir où se situe rue Haute-Pierre : cliquez sur la carte pour l'agrandir

Metz est le chef-lieu du département de la Moselle et la préfecture de la région Lorraine.

Son université et un collège portent le nom du poète.

"Metz possédait et doit encore posséder une très belle promenade appelée « l'Esplanade », donnant en terrasse sur la Moselle, qui s'y étale, large et pure, au pied de collines fertiles en raisins et d'un aspect des plus agréables. Sur la droite de ce paysage, en retrait vers la ville, la cathédrale profile à une bonne distance panoramique son architecture dentelée à l'infini. Vers la nuit tombante, des nuées de corbeaux reviennent en croassant, faut-il dire joyeusement ? reposer devers les innombrables tourelles et tourillons qui se dressent sur le ciel violet"

"Et d'abord la cathédrale si bizarre, un peu folle avec son unique tour centrale brusquement terminée par une sorte de belvédère. je ne sais si les vitraux ont quelque mérite. Toujours est-il qu'à mes yeux d'enfant leurs couleurs parlaient féériquement"
Les Confessions

Commenter cet article

Violette la dame mauve 05/10/2008 20:14

Ah ah, Marc n'ose toucher à la Mirabelle! Je suis à 350 kms de ma ville natale mais j'ai goûté un tout petit peu de Mirabelle hier soir, un copain nous en a ramené et pas du commerce! J'ai quand même pu clavioter saine et claire d'esprit. AnnaK bonne fin de dimanche.Bisous

Marc de Metz 05/10/2008 17:57

Merci Anna K. pour ton commentaire mais mais si je veux garder les doigts en face du clavier (je suis en train de tenter de répondre à tous vos commentaires) je dois renoncer à la Mirabelle. Merci de ton passage solidaire toi qui est aussi microbisée depuis des semaines.  Ta bannière est absolument somptueuse et ton ar(ticle sur Verlaine est parfait. Je souhaite te faire savoir qu'une de nos plus grande fierté c'est que Metz soit unique... @mitié d’en Outre-Seille, Marc.
 

Le chevalier Dauphinois 05/10/2008 16:25

Moi, pauvre chevalier n'ayant appris à lire que tardicebement (vers le 19ème siècle seulement), je suis très beaucoup tout plein heureux de me cultiver sur cette page.Point ne savais que ce monsieur était né dans cette capitale de l'Est.... Merci pour cet article.

Anna K. 05/10/2008 17:31


C'est la grande fierté de Metz :)


Ewan 05/10/2008 15:34

Sujet intéressant comme la plupart de tes articles que je lis avec beaucoup d'attention.Bonne journéeEwan

Anna K. 05/10/2008 16:24


Merci Ewan :) je ne prétends pas faire des articles exhaustifs, je veux seulement donner l'envie d'en savoir plus.


Chantal 05/10/2008 09:41

Bonjour Le hasard fait que je suis tombée sur votre article. Je m'intéresse de près à tous ces poètes d'avant qui sont d'ailleurs toujours cités aujourd'hui car j'aime beaucoup la poésie et j'en écrit moi-même (je vous invite sur mon blog) Merci pour cet article, ça m'a beaucoup plu.Bon Dimanche, Chantal

Anna K. 05/10/2008 16:23


Chantal, tu n'as pas laissé l'adresse de ton blog :(